Adrien Krasniqi
Adrien - poésies
Adrien - théâtre
Adrien - récits
Adrien et Aude
Textes lus à l'église
Famille
Amis
Autres textes
Musique
Textes de soutien
Famille
Amis

Blake, Scott, Saint-Augustin

————————————

Le voilier

Je suis debout au bord de la plage.
Un voilier passe dans la brise du matin et part vers l'océan.
Il est la beauté, il est la vie.
Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon.
Quelqu'un à mon coté dit : "Il est parti ! "
Parti ? Vers où ?
Parti de mon regard, c'est tout !
Son mât est toujours aussi haut,
Sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine.
Sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui.
Et juste au moment où quelqu'un près de moi dit : "Il est parti ! "
Il y en d'autres qui, le voyant poindre à l'horizon et venir vers eux,
s'exclament avec joie : "Le voilà ! "

———————

William Blake

Le 24 Décembre 2010

L'amour ne disparaît jamais

L'amour ne disparaît jamais
la mort n'est rien.
Je suis seulement passé dans la pièce à côté
Je suis moi, tu es toi.
Ce que nous étions l'un pour l'autre
Nous le sommes toujours.
Donne-moi le nom
que tu m'as toujours donné
Parle-moi
comme tu l'as toujours fait.
N'emploie pas un ton différent,
ne prends pas un air solennel
ou triste.
Continue à rire
de ce qui nous faisait rire ensemble.
Prie, souris, pense à moi.
prie pour moi
que mon nom soit prononcé
à la maison
comme il l'a toujours été,
sans emphase d'aucune sorte,
sans une trace d'ombre.
La vie signifie tout
ce qu'elle a toujours signifié
Elle est ce qu'elle a toujours été.
Le fil n'est pas coupé
pourquoi serai-je
hors de ta pensée
simplement parce que je suis hors de ta vie…
Je t'attends, je ne suis pas loin,
juste de l'autre côté du chemin.
Tu vois, tout est bien.

————————

Henri SCOTT

Chanoine Irlandais

Le 24 Décembre 2010

Ne pleure pas si tu m'aimes

Si tu savais le don de Dieu et ce qu'est le ciel,

Si tu pouvais d'ici entendre le chant des anges et me voir au milieu d'eux,

Si tu pouvais voir se dérouler sous tes yeux les horizons et les champs éternels, les nouveaux sentiers où je marche,

Si un instant tu pouvais contempler comme moi la Beauté devant laquelle toutes les beautés pâlissent …

Quoi ? Tu m'as vu, tu m'as aimé dans le pays des ombres, et tu ne pourrais ni me voir, ni m'aimer encore dans le pays des immuables réalités ?

Crois-moi, quand la mort viendra briser tes liens comme elle a brisé ceux qui m'enchaînaient, et quand un jour que Dieu connaît, et qu'Il a fixé, ton âme viendra dans le ciel où l'a précédée la mienne, ce jour-là tu reverras Celui qui t'aimait et qui t'aime encore, tu retrouveras Son cœur, tu en retrouveras les tendresses épurées…

Essuie tes larmes et ne pleure pas si tu m'aimes !…

Saint Augustin

————————

Lu par Chloé Lapoujade et Lola Boucard

Le 24 Décembre 2010

— Cette page est dédiée à notre fils, Adrien —